Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 16:49

Le lévrier espagnol, ou galgo, est l'une des races les plus persécutées. Ils sont utilisés pour chasser le lièvre. Chaque année, des milliers de galgos sont sacrifiés après la saison de la chasse.

La triste réalité, c'est que ces chiens sont maltraités lorsqu'ils ne sont pas performants. Pour les Espagnols, le galgo n'est nullement un compagnon, c'est un outil de travail. Et quand on parle avec les anciens, certains nous citent cette vieille croyance qui veut qu'au plus un galgo aura été maltraité, au plus atroce aura été sa mort, meilleur sera celui qui lui succédera.

Patricia Colomberetto, présidente et fondatrice de l'association "Galgos Rescue Belgium"

Repost 0
Published by Meghann - dans Défense animale
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 21:40
Les sénateurs sont-ils des êtres sensibles ou des objets ?

Et si on traitait les sénateurs de la même façon que les animaux sont traités ?

«Les promoteurs [de la qualité « d'êtres vivants doués de sensibilité »] estiment qu'il faut assurer une reconnaissance symbolique de la spécificité des animaux dans le code civil en affirmant qu'ils sont des êtres doués de sensibilité ». Mais pour le sénateur de Mayotte, « la loi n'a pas à dire ce qui est vrai ou faux, elle doit dire ce qui est juste ou injuste, autorisé ou interdit ».

Faire souffrir des animaux en autorisant les courses de taureaux, la chasse, l’élevage en batterie (veaux, vaches, porcs, poulets, dindes, saumons, etc…), le transport ignoble des pauvres bêtes vers l’abattoir, les violences quotidiennement subies du fait de « possesseurs » d’animaux aussi ignorants que cons, l’expérimentation animale inutile (pour sa seigueurie Bête en cour/Lauréal par exemple) pour le sénateur de Mayotte cela n’est pas injuste !

Fort bien on peut donc lui appliquer le même traitement : lui planter de banderilles dans le cul comme on le fait aux taureaux, par exemple, ce serait un pas franchi pour conduire cet ignoble vers une saine réflexion…

BURIDAN 18

Repost 0
Published by Meghann - dans Défense animale
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 20:11
Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 20:02
Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 13:51

Tout est dans le titre !

Une vie courte (jusqu'à 4 ans) pour des animaux engraissés pour battre un record lors d'un carnaval de pacotille. Six mois d'isolement pour finir à l'abattoir. Juste bichonnés pour que leur chair soit bien tendre, pour la graisse pénètre dans le muscle de l'animal. Humiliés par une soit disant fête où ils sont pesés, enrubannés et couronnés de fleurs avant de défiler longuement dans les rues de Bazas, s'arrêtant devant chaque boucherie, sans se douter de ce qui les attend. Une fête au goût de sang. Voilà ce qui attend les boeufs de Bazas (Gironde).

 

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 22:01

ça fait du bien, un peu d'humanité sur cette planète...

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 20:59

Dans le village de Saint-Martial-de-Nabirat, en Dordogne. Dans la nuit de vendredi à samedi, deux chevaux ont été sauvagement tués dans leur enclos du lieu-dit Le Couderc de Bijou.

Le vétérinaire a assuré que ce n'était pas une bête, mais des hommes qui avaient fait ça. Il y avait du grain à côté d'un cheval, un grain différent du mien. Ils l'ont sans doute appâté avec, puis lui ont tiré une balle dans la tête, à bout portant.

Sousan Ghabi

 

Quant à la jument, a priori tuée en second et qui a dû résister davantage, elle a reçu plusieurs balles. Elle a été touchée au poumon, à l'épaule et au cœur. Pour les achever, leur gorge a été tranchée. Le vétérinaire a ajouté que l'acte avait été réalisé avec précision, très proprement, comme s'il s'agissait d'un professionnel.

Un boucher ? Un chasseur ?

Dans tous les cas, l'enquête s'oriente vers une jalousie de voisinage, la propriétaire des chevaux ayant hérité de terrains très convoités. L'entourage se tait, l'omerta des villages. Et la lâcheté d'une ou de plusieurs personnes qui s'en prennent à des animaux inoffensifs pour vider leur cruauté et leur frustration quelconque...

On sait que ces gens-là détestent les nouveaux venus. Vive les bouseux des campagnes profondes.

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 13:52

Stubby pourrait être le héros d’un film de Walt Disney, tellement son destin est improbable. Il sera mieux que cela : le héros de toute une nation. Ses premiers pas, il les fait à New-Haven, ville du Connecticut. Pas très beau, court sur pattes, petit, ramassé, on ne connaît pas son pedigree. Quelques spécialistes de la gent canine pensent qu’il peut y avoir en lui un peu du terrier de Boston ; d’autres, lui trouvent quelques ressemblances avec un bull-terrier. C’est d’ailleurs ce que l’on peut lire dans sa nécrologie (1926). Mais peu importent ses origines. Elles n’en font pas sa valeur…

Stubby, chiot sans maître ni toit, erre entre le fleuve Quinnipiac et la baie de Long Island Sound, survit en faisant les poubelles, se glissant sous un carton pour se protéger du froid. Un jour de 1917, il se retrouve sur le campus de l’Université de Yale où défilent les hommes du 102e régiment de la 26e division d’infanterie qui vient d’être créée (22 août/Boston) suite à la déclaration de guerre des États-Unis à l’Empire allemand (6 avril).

Un soldat du nom de John Robert Conroy remarque le corniaud, aussi adorable que pathétique. Il le laisse entrer sur le campus où les soldats sont en formation et le nourrit. Stubby, c’est ainsi que son « protecteur » décide de l’appeler (en anglais « trapu »), se plaît tant qu’il revient régulièrement. Il regarde les Sammies manœuvrer, écoute attentivement les sonneries… Il est si attachant que lorsque le 102e est envoyé en France combattre les Allemands, John Robert le fait monter clandestinement à bord du cuirassier USS Minnesota. Stubby est rapidement découvert. Mais comme son maître lui a appris à saluer, le commandant tombe à son tour sous le charme du chien et l’autorise officiellement à suivre la division yankee sur le champ de bataille. Devenu la mascotte de l’unité, il participera à quatre offensives et à dix-sept batailles. Il subit pour la première fois l’épreuve du feu en février, dans le secteur de Soissons, où il sera sous les bombardements, jour et nuit, pendant plus d’un mois. Un mois plus tard (20 avril), lors d’une attaque pour reprendre Seicheprey (Meurthe-et-Moselle), il est blessé à la patte et à la poitrine par des éclats de grenade. Envoyé à l’arrière pour se faire soigner, ce chien aussi amusant que courageux, améliorera, par sa seule présence, le moral de ceux autour de lui (la bataille a fait 650 blessés américains). Une fois guéri, il retourne dans les tranchées. Il manquera une nouvelle fois de mourir suite à une attaque au gaz moutarde…

Stubby est chargé de multiples fonctions : doté d’une ouïe très fine et d’un flair efficace, il a appris à prévenir ses « camarades » de l’arrivée d’un obus ou d’attaques imminentes à l’ypérite ou autres gaz, réveille les sentinelles avant une offensive ennemie, retrouve des soldats blessés dans le no man’s land. Lors d’une patrouille dans le secteur de l’Argonne, il repère un espion allemand, bondit sur lui et permet son arrestation. Pour cet acte de bravoure, le voilà promu au grade de sergent par le commandant de la 102e DIUS, devenant le premier chien gradé de l’armée américaine (son maître n’est que caporal) !

Après la prise de Château-Thierry par les Américains, des femmes de la ville lui confectionnent un petit manteau en chamois sur lequel seront attachées ses nombreuses médailles. Une légende raconte qu’il sauva la vie d’une jeune fille à Paris qui allait être écrasée par une voiture.

De retour en Amérique, il devient une vraie célébrité. Il est en tête de nombreux défilés à travers tout le pays. Mascotte de l’équipe de football américain de l’université de Georgetown (où s’était inscrit son maître), pendant la mi-temps, on lui confie le ballon pour le plus grand plaisir des spectateurs. Membre à vie de l’American Légion, de la Croix Rouge ou encore du YMCA, il rencontre trois présidents : Woodrow Wilson, Calvin Coolidge et Warren G. Harding. Suprême honneur, le général John Pershing lui remet (1921) une médaille d’or au nom de l’Humane Education Society, ultime distinction qui s’ajoute à une longue liste de décorations ou médailles américaines et françaises. Pas le temps de prendre une retraite méritée : il meurt dans les bras de son maître de toujours (1926). Il avait environ 10 ans.

Lire « Les chiens de guerre, fidèles auxiliaires des Poilus », Bruno Rouyer, Éditions Gérard Louis.

Article initialement rédigé par Eric Estrada.

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 13:29

L'Amérique Latine n'est pas épargnée par la barbarie envers les animaux.

Les photographies du toucan Grecia, au bec arraché après avoir été maltraité par un groupe de jeunes au Costa Rica, ont fait le tour du web et déclenché de nombreux appels à mieux sanctionner les violences envers les animaux, dans une région affichant des indices de criminalité record où l'impunité est la règle, même concernant les atteintes aux personnes.

Le toucan Grecia va bénéficier d'une prothèse financée par une collecte qui a amassé quelque 3.000 dollars, et les défenseurs des animaux se battent pour que le Parlement approuve une loi punissant les agresseurs de peines de prison.

Au Honduras, des jeunes gens ont fait éclater un chien errant avec des feux d'artifice et diffusé des images de leur "blague", internet se convertissant également parfois en vecteur de la cruauté humaine.

Au Pérou, un homme a attaché son chien à sa voiture et l'a traîné dans la rue, en représailles pour avoir mordu ses enfants. Un autre s'est filmé en train de noyer son chat et a posté la vidéo sur internet.

Des cas comme ceux-là restent généralement impunis. Dans la majorité des pays d'Amérique latine, il n'y a pratiquement pas de sanctions, ou alors dérisoires, pour punir les agresseurs.

Les animaux se trouvent dès lors sous la seule protection d'ONG, qui ne disposent cependant pas des mêmes ressources que leurs homologues des pays riches.

 

Twitter et Facebook nous ont fourni une meilleure connaissance des cas de cruautés en Amérique latine. Quand auparavant nous dépendions des médias pour entendre parler d'un cas, aujourd'hui, nous avons des personnes choquées qui profitent des réseaux sociaux pour dénoncer ces faits et se mobiliser contre eux. La visibilité que les réseaux apportent (à ces agressions) génère une plus forte pression pour voter des lois

Cynthia Dent, directrice de la section Amérique latine de l’organisation de protection des animaux Humane Society

 

Des protestataires se sont mobilisés dans les rues - des manifestations se sont déroulées ces derniers mois au Honduras, au Mexique, en Colombie, au Costa Rica, au Pérou ou en Uruguay - pour exiger des législations plus sévères et la criminalisation des mauvais traitements envers les animaux.

Les législations de la majorité des pays de la région ne prévoient que des amendes pour ces agressions. En Colombie, celles-ci s'échelonnent par exemple de 2 à 20 dollars. Le Pérou se singularise lui avec une loi qualifiant ces mauvais traitements d'"atteinte aux bonnes moeurs".

Les animaux sont aussi des êtres vivants, qui ont des sentiments. Les gens qui sont barbares envers les animaux ; on ne peut qu'imaginer ce dont ils sont capables envers les humains les plus faibles.

Il serait temps d'agir à travers le monde, en effet.

Repost 0
Published by Meghann - dans Défense animale
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 22:27

Encore une espèce protégée. Encore une espèce en voie de disparition. Encore pour la Chine.

Repost 0
Published by Meghann - dans Défense animale
commenter cet article

Qu'est-Ce Que Le Terrier ?

  • : Le terrier de Meghann
  • Le terrier de Meghann
  • : Coucou à toi et bienvenue dans l'antre du terrier de Meghann ! Dans chaque galerie de mon terrier se trouve peut-être l'information que tu cherches ! Galerie principale : les animaux. Galeries annexes : loisirs (cinéma, musique, mangas ou télé), créations et écriture, politique-travail-ville, Internet... N'hésitez à pas à tout farfouiller dans les souterrains pour trouver votre pépite d'or !
  • Contact

Locataire Du Terrier

  • Meghann
  • Diplômée d'un master (bac+5) en Sciences du Langage, puis formée un an à l'Institut de Préparation aux concours de l'Administration Générale.

Mes dessins, à voir et à acheter, sur : http://emi-gemini.deviantart.com/
  • Diplômée d'un master (bac+5) en Sciences du Langage, puis formée un an à l'Institut de Préparation aux concours de l'Administration Générale. Mes dessins, à voir et à acheter, sur : http://emi-gemini.deviantart.com/

Liens & Vidéos

Un lien vers une page qui n'existe plus ?

Une vidéo qui n'est plus disponible ?

 

N'hésitez pas à me signaler - commentaires ou contact - toute anomalie, je tenterai de la corriger au mieux !

Pour Fouiller Dans Le Terrier

Loyauté

http://i716.photobucket.com/albums/ww164/uncletogie/futurama-loyalty.gif

 

 

 

Zone Zen